Des monopoles québécois

Tracel et cégep: deux monopoles québécois!

On ignore habituellement qu’on va trop loin inutilement quand on dit : « le tracel de Québec ou de Cap-Rouge ». Il n’y a qu’un seul tracel dans le monde. Il est à Québec.

Ailleurs, on a affaires à des viaducs ou à des ponts à tréteaux. Le mot «tracel » est la transcription au son du mot anglais « trestle», lequel signifie « tréteau ». La ville exerce un monopole sur le mot, comme le fait le Québec pour l’acronyme « cépep ».