« L’Iris » une création de Mario Jobin, sculpteur/fondeur – Cap-Santé, Québec

posted in: Conférences | 0

 

Mario Jobin, Sculpteur / fondeur – Cap-Santé Québec

Né le 2 août 1961 à St-Raymond dans le compté de Portneuf, Mario Jobin a étudié en fabrication mécanique au CEGEP de Trois-Rivières, ce qui lui permet de concevoir ses propres appareils artisanaux comme ses fours, ses outils servant à fabriquer les moules et effectuer ses coulées. À ses débuts vers l’âge de 16 ans il découvre l’aérographie. Passionné, il utilise sa technique sur différentes surfaces de travail, en autre : le cuir, le bois et le métal.

En 2009, il entreprit la conception et la fabrication d’une fonderie de bronze à petite échelle. Sculpteur / fondeur, il expérimente une technique ancienne, dite à la cire perdue. À partir de métal qu’il fait fondre et coule dans des moules bloque de ciment réfractaire de sa conception. Cet artiste accompli nous livre des sculptures inattendues tant par leurs techniques que par leurs originalités et donne ainsi une signature particulière à ses œuvres. Il élabore aussi ses propres patines.

L’hiver 2017-2018 est, entre autres, consacré au développement de solutions et à leurs effets de colorations produisant des patines à froid sur feuilles de cuivre. La composition du Bronze étant de 95% de cuivre les couleurs obtenues s’apparentent et cela lui permet de créer des œuvres à plat très particulières.

 

Processus de création de l’œuvre ‘’l’Iris’’

Une approche, des discussions, quatre remises de prix, quatre maquettes, un coup de cœur, l’Iris.

De cette maquette en cire, un moule en silicone est produit, une première pièce en cire identique est coulée, une épreuve d’artiste EAI. La sculpture en cire est retravaillée et adoucit, chaque détail dans la cire sera transposé sur le bronze coulé.

Le chemin de coulé et les évents aussi appelés ‘’les coureurs’’ sont ajouté à la sculpture de cire. L’ensemble est ensuite enduit de plusieurs couches de coulis réfractaire. Le moule ainsi formé enrobe la cire est chauffé et se vitrifie en céramique ainsi la cire fond et s’écoule, de là le procédé à cire perdue. Le bronze est fusionné à 1245°C puis coulé dans ce moule creux en céramique ayant l’empreinte négative de la sculpture de cire ayant fondue.

Le moule est cassé, à ce moment l’artiste est maintenant assuré que sa technique de coulage est convenable puisque la pièce est complète. La série peut donc être faite selon cette façon de faire. La pièce est ensuite nettoyée et ciselée pour adoucir les petits défauts de coulée. Finalement les solutions produisant les patines à froid sont appliquées, travaillées et retravaillées jusqu’à satisfaction de l’artiste.

La série de 32 sculptures prévues sera donc produite de façon similaire à cette épreuve d’artiste. Les quatre premières sculptures de 2018 sont numérotées 1/32, 2/32, 3/32 et 4/32.

Les bronzes réalisés et intitulés « L’Iris » sont inspirés de l’emblème floral du Québec. En effet, l’iris versicolore fut consacré en 1999 emblème floral québécois grâce à la Loi sur le drapeau et les emblèmes du Québec. Cette fleur colorée et plaisante à l’œil symbolise la diversité culturelle du Québec, comme l’importance de l’eau et des milieux humides pour l’équilibre de la nature.

 

Ces bronzes sont remis annuellement aux lauréats des prix suivants :

Prix François-Xavier-Garneau

Le prix « François-Xavier-Garneau » est décerné afin de souligner la carrière et la contribution d’un enseignant qui, par la qualité de son enseignement, a su insuffler à ses élèves la passion pour l’histoire.

Prix Félix-Antoine-Savard

Le prix « Félix-Antoine-Savard » est décerné afin de souligner la carrière et la contribution d’un enseignant qui, par la qualité de son enseignement, a su insuffler à ses élèves la passion pour la langue française.

Prix Patriote de l’année

La mémoire des patriotes s’est inscrite dans le calendrier commémoratif québécois. Cette journée suggère une interprétation de l’histoire du Québec qui correspond à celle de la plupart des Québécois, celle d’un peuple qui n’a jamais renoncé à s’affirmer, à faire valoir ses droits à la pleine existence. Ainsi, les prix sont remis à deux personne pour leur implication sociale, communautaire et politique issue des régions de Portneuf, de Charlevoix et de la Capitale-Nationale.